Vous avez toutes les infos concernant les devoirs legaux pour voyager avec votre enfant, vous savez par quels moyens vous allez transporter votre enfant, maintenant, il faut se préparer à tout : les problèmes de santé !

Qu’est-ce qui nous garantie que notre enfant ne se cassera pas en deux le long de la route ou qu’il ne sera pas sujet à des dysfonctionnements ? Rien justement ! L’ enfant est par essence une source de joie ET de problèmes (certains penchent plus pour la deuxième option d’ailleurs…) ! Soyez donc prêt à tout ! Le marmot est un animal teigneux capable de vous en faire baver, vos vacances peuvent se transformer en cauchemar alors que vous vous retrouvez à camper au pied de son lit d’hôpital au lieu de faire bronzette à la plage !

 

La solution ?

S’assurer que l’enfant ne parte pas est protégé au mieux de tout ce qui l’entoure et de tout ce qui, in fine, peut s’avérer source de problèmes.

 

Au menu du jour.

 

  • Problème de transports : que faire ?
  • Sur place, que faire, à quoi faire attention ?
    • Montagne
    • plage
    • Campagne
    • À l’étranger : tableau de vaccinations (vaccins courants, sites utiles vaccins)
  • Les soucis les plus courants chez l’enfant  (fièvre, diarrhée, vomissements, chute, avaler quelque chose…)

 

Problème de transports : que faire ?

 

Il râle, il tousse, il pleure, il devient vert, pas de doutes, votre enfant est malade! Panique à bord, que faire ?

Faites une pause pour qu’il respire, pour qu’il aille aux WC et évite de retapisser votre banquette arrière avec les pâtes du midi. Votre enfant a besoin d’espace, sortez-le toutes les deux heures, si vous avez un animal, votre enfant pourra lui tenir compagnie et cela fera du 2 en 1 comme les rasoirs.

Pensez à :

  • Bien hydratez et nourrir votre enfant surtout qu’il se déshydrate vite en voiture !
  • Prendre des mouchoirs en papier, cela peut toujours servir (de fait, cela servira toujours !).
  • Ne laissez pas votre enfant dans la voiture en plein soleil. Cela vous évitera de vous retrouvez avec une figue sèche au retour et quelques ennuis avec la justice en prime. Le plus, des parts soleil voir même des vitres teintées ! Ces dernières éviteront également qu’il s’amuse à coller sa langue ou ses fesses  pour distraire les autres automobilistes durant le trajet!
  • Occupez votre enfant. La lecture en voiture ce n’est pas l’idéal à moins que vous avez prévu de la nettoyer de toute façon. Le mieux, partir tôt le matin ou tard le soir, ainsi, l’enfant évite de nous les gonfler dort (généralement, je ne garantis rien donc ne venez pas vous plaindre s’il est excité quand même ! c’est le vôtre, il fallait y pensez plus tôt !).

Contre les maux de cœur :

schwingum, bonbons a la menthe, quelques comprimés homéopathiques, riclès avec du sucre (si enfant> 30 mois)

Attention, en avion, je déconseille (expérience personnelle) de partir avec un enfant enrhumé car il n’appréciera pas, mais alors pas du tout, les phases de décollage et d’atterrissage… (plus il est petit, plus c’est à déconseiller !) et croyez-moi, vos voisins n’aimeront pas non plus de vous voir essayer d’étouffer ses hurlements de douleur durant ces moments là.

Pour les tous petits, prévoyez des lingettes et des couches.

 

Sur place, que faire, à quoi faire attention ?

 

En Montagne.

On va commencez par faire simple. Été ou hiver, il peut faire froid. Je vais vous apprendre un truc, il fait froid, spécialement l’hiver.

De plus, tout enfant a la fâcheuse tendance de se prendre pour un taupe dès que la couche de neige atteint les 50 cm. A lui galeries, tunnels, iglou et autres joyeusetés que seuls les taupes comprendront… Malheureusement, votre enfant n’est pas livré avec une fourrure imperméable à la naissance (si c’est le cas, je tiens a voir !). Donc habillez votre enfant mais habillez-le bien.

Cela veut dire quoi ?

Ne faites pas la connerie monumentale de le transformer en mille feuilles ! Peu de couches de vêtements !

Pourquoi ?

Parce que s’il bouge (et croyez-moi, il va bouger!), il va suer. Transpiration + froid = risque. Je répète pour les sourds : Transpiration + froid = risques. On vous aura prévenu !

En été, en montagne, il y a du soleil. Protéger votre enfant avec de la crème adaptée. Le rouge écrevisse et les cloques c’est amusant jusqu’à qu’il hurle la nuit dès qu’il va vouloir se retourner (et je le répète, il bouge ! Donc il se retournera la nuit !)

 

À la plage.

Endroit parfait pour qu’il se fasse gober par un requin, pour qu’il coule, pour qu’il s’occupe gaiment a faire des châteaux de sable.

Attention aux algues, méduses, crabes, E.T… Comme il y a généralement aussi du soleil… prévoyez de la crème. (voir trois lignes au dessus).

Prévoyez également de l’eau douce en bouteille, non seulement pour l’hydrater mais pour qu’il puisse se rincer les yeux (sable et/ou sel) lorsque marmot sœur et marmot frère auront décidé de faire une bataille de sable ou qu’ils joueront à celui qui garde le plus longtemps les yeux ouverts dans l’écume de mer.

 

À la campagne.

Ne laissez JAMAIS trainer un enfant prêt d’un taureau ! JAMAIS ! Pourquoi ? Parce que dopée au dessins-animes, votre enfant va vouloir tester ses talents de toréador.

Prévoyez un produit anti-moustique si vous ne voulez pas que votre marmot se transforme en clavier sans fil ambulant.

Rappelez-lui que balancer des cailloux sur un nid d’abeilles, de guêpes ou de frelons n’est pas le meilleur moyen pour apprendre à courir le sprint plus vite qu’Usain Bolt.

Lorsqu’il y a une grange avec du foin, soyez sur qu’ils vont vouloir faire des concours de sauts…  méfiez-vous s’ils deviennent trop silencieux et qu’il part en direction de la grange avec les yeux qui brillent… on ne sait jamais !

 

À l’étranger.

Lieu de tous les dangers et excellent moyen de lui faire découvrir le monde ! Sachez qu’ailleurs il y a toute sorte de maladies qui pullulent et que votre enfant, de part ses talents naturelles qu’il a hérité de vous, aura tendance à chopper.

Voici une liste (non exhaustive de toutes les joyeusetés qui vous attendent). Il y a des sites utiles à la fin.

Tableau des vaccinations.

Dès le 1er mois Tuberculose La vaccination BCG est indispensable pour un enfant vivant ou allant dans un pays à risque. Épreuve tuberculinique pratiquée 3 à 12 mois plus tard.
À partir de 2 mois Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, ainsi que l’haemophilus influenzae b. Ces vaccins nécessitent plusieurs injections à un mois d’intervalle.
Hépatite B 2 injections à un mois d’intervalle, la 3e entre 5 et 12 mois après la 2e injection.
Vers 12 mois Rougeole, rubéole, oreillons En cas de menace d’épidémie, on peut vacciner à partir de 9 mois.
Hépatite B, 3e injection La 3e injection doit avoir lieu 5 à 12 mois après la 1ère.
Vers 16-18 mois Diphtérie, tétanos, coqueluche, polio et haemophilus influenzae b. 1er rappel.
Entre 3-6 ans Rougeole, rubéole, oreillons 2e vaccination recommandée.
Avant 6 ans Tuberculose BCG obligatoire pour entrer en collectivité.
6 ans Diphtérie, tétanos, polio. 2e rappel.
Rougeole, oreillons, rubéoles 2e dose, si ce n’est déjà fait.
Vers 11-13 ans Diphtérie, tétanos, polio 3e rappel.
Coqueluche 2e rappel.
Rougeole, oreillons, rubéole Vaccinations recommandées à tous les enfants (filles et garçons) qui ne les ont pas encore contractées quel que soient leurs antécédents vis-à-vis des trois maladies.
Hépatite B Si la vaccination n’a pas déjà été faite durant l’enfance
Épreuve tuberculinique Les enfants aux tests tuberculiniques négatifs seront vaccinés ou revaccinés.
Vers 16-18 ans Diphtérie, tétanos, polio 4e rappel.
Rubéole pour les jeunes femmes non vaccinées Vaccination recommandée.
À partir de 18 ans Tétanos, polio Tous les 10 ans.
Hépatite B Pour les personnes à risque.
Rubéole Pour les femmes non vaccinées en âge de procréer.

Sites utiles

 

  • Le centre de vaccinations de l’Institut Pasteur

 

Les soucis les plus courants chez le marmot

La fièvre

Lorsque la température du marmot dépasse les 38,5 degrés et que vous n’avez pas d’aspirine sous la main, faites-le boire le plus possible et enlevez-lui quelques vêtements. Concernant le bain, oui et non, il faut trouver la température adéquate et vous risquez d’empirer la situation en le réchauffant ou en le congelant avec de l’eau trop froide.

À noter qu’avec la dengue, il ne faut absolument pas prendre d’aspirine car cela favorise l’hémorragie !

source : ici

médoc : petit fièvre = doliprane (vérifiez cependant avec votre médecin ! merci Tewoz )

 

La diarrhée

Sachez que la plupart sont bénignes et fonctionnelles = pas d’infection. Les causes peuvent être multiples : stress, fatigue, trop de glaces… MAIS si cet épisode ce poursuit, là le marmot devient une source de préoccupation !

Petits conseils : arrêtez le lait ! Faites-le manger du riz (ma maman me faisait aussi boire le bouillon de l’eau XD), de la banane aussi c’est bon. Si vous avez du lait de soja, n’hesitez-pas, c’est le moment d’utiliser !

Surtout, le plus IMPORTANT : faites-le boire… car au delà de la perte de poids, c’est la déshydratation qui peut-etre dangeureuse.

En cas de flux mêlé de sang ou de la fièvre, prenez tout de suite contact avec le médecin et dirigez vous à l’hôpital le plus proche.

médoc : Smecta (vérifiez cependant avec votre médecin ! Merci à Tewoz)

 

Les vomissements

Tout dépend de la cause ! Soyez attentifs à l’état général du marmot, en clair, s’il a votre tête comme après une mauvaise cuite (mauvaise humeur, yeux enfonces dans les orbites, somnolence…) faites alors très attention aux risques de déshydratation.

Espacez donc les prises de liquides de 10-15 min mais faites-le boire. Privilegiez les aliments riches en potassium : banane et fruits secs (pas de fibres : fruits frais, légumes fibreux…)

 

La noyade.

Il fallait investir dans une bouée ! Bref, commencez la réanimation avec votre marmot en mettant sa tête sur le coté, tête légèrement plus basse que le corps puis bouche à bouche et massage cardiaque… et on continue jusqu’à l’arrivée des secours !

 

La chute.

Prenez en note les informations qui peuvent être utiles au médecin. Hauteur,saignements, conscient, inconscient, forts pleurs… ? Si un des membres est fracture, immobilisez-le jusqu’à l’arrivée des secours !

médoc : petites bosses = arnica (vérifiez cependant avec votre médecin ! Merci à Tewoz)

 

Il a avalé quelque chose !

Médicaments

Objets

Produits ménagers

Que faire ?

Conscient : faites-le vomir

Coupant : contacter le medecin car risque de perforation de l’intestin

Ne pas le faire vomir, allez à l’hôpital en précisant le produit avale.

Inconscient : ne le faites-pas vomir, il risquerait de s’étouffer avec le vomi

Non coupant : attendez 48h et vérifiez s’il se trouve dans les selles (l’objet, pas l’enfant) si ce n’est pas le cas, contactez le médecin