#blogging – Je vous avais fait la promesse de vous fournir des ressources ainsi que des conseils gratuits pour ceux qui souhaitaient vraiment s’engager dans la voie du blogging pro (ou qui étaient curieux de connaitre ce monde dont je fais parti) en créant un blog ou un blog de voyage et en en tirant des revenus.

 

Gagner de l’argent avec son blog est une affaire sérieuse, longue et complexe.

99% d’entre vous laisseront tomber au bout d’un an. 

 

J’ai écrit un article ironique : devenir riche avec son blog et pas mal d’entre vous me demandent naïvement comment faire. C’est vrai, parfois cela parait si simple, si idyllique vu de loin. D’un certain côté, ma vie est un rêve éveillé car je fais ce que j’ai toujours aspiré à faire. Vivre en voyageant autour du monde et en faisant partager mes histoires avec des lecteurs. Pourtant, je fais parti de ces 1%.

 

Je vous livre  aujourd’hui la première partie, c’est à dire le dossier/article sur la réflexion. Il est important de peser son choix avant de s’engager dans un projet qui risque de bouleverser votre vie. En bien, comme en mal.

 

La Réflexion

La Création

La Médiatisation

La Monétisation

 

La réflexion pour devenir blogger pro

 

Étape il me semble indispensable pour définir les contours précis de votre projet.

Cela vous semble facile ?

 

Blogger, tout le monde peut le faire. Avant de penser à devenir pro. Essayez déjà d’être lu.

 

Vous voulez quitter votre emploi, la fleur au fusil ? Essayez d’avoir ne serait-ce que plus de 200 lecteurs / jour. On en reparlera après.

Vouloir devenir un blogger pro c’est avoir une approche professionnelle aujourd’hui, demain, dans un mois, dans un an… C’est être passionné par son métier. C’est avoir une vision sur le long terme. C’est être un peu fou. Je crois que je possède un peu cette folie. Beaucoup regardent mon métier comme un passe-temps de fainéant. Avant de vous engager sur cette voie, lisez et tâchez de répondre aux questions.

 

Prêt à ne rien gagner ?

 

Tous les bloggers sont pauvres. Sauf ceux qui réussissent. 

 

Que vous ayez déjà ou non un blog, si vous souhaitez devenir un blogger professionnel, et donc en faire principalement votre source de revenus, il faudra vous attendre à une période de vache maigre. Certains annonceurs ne vous contacteront pas avant 3 mois voir un an, le temps que vous fassiez vos preuves. Il faudra songer à un moyen qui vous permettra de diminuer le coût de la vie, si cela est envisageable, via notamment l’expatriation.

 

La majorité d’entre vous ne gagnera jamais rien.

 

Si vous avez une famille à charge qui compte sur vos revenus, tout d’abord, il me semble indispensable de mettre votre partenaire au courant de ce projet (bon courage pour votre couple si votre partenaire n’est ni compréhensif ni patient). Dans ce cas là, vous n’êtes pas seul à supporter le poids de la décision et il est primordial que vous ayez le soutien, tout du moins l’accord, de la personne qui vit avec vous.

 

Il vous faudra mettre de côté l’équivalent de 6 mois de revenus au minimum (voir un an) afin de ne pas se retrouver en difficulté financière ou alors, calculez s’il est possible de vivre à 2 sur les revenus seuls de celui qui continuera à travailler. Il faudra alors oublier dîners, sorties, vacances en montagnes, achat intempestif de gadgets inutiles. Votre vie sociale et sentimentale risque d’en prendre un coup les premiers mois surtout que la plupart d’entre vous ne gagneront rien.

 

Il faudra penser à partir vivre en dehors de la France.

 

Pour les personnes qui, comme moi, n’ont pas à se préoccuper de la gestion d’une famille (pour le moment), je ne pourrai que fortement vous conseiller l’expatriation dans un pays à bas coût. Comme une entreprise en somme, il faut diminuer les coûts de fonctionnement : logement, nourriture, activités de loisir… Pour un blogueur voyageur, l’expatriation est non seulement une source de découverte et de contenu pour votre blog, mais en tant qu’humain, c’est aussi une expérience et une école de la vie formidable. Vous apprendrez énormément sur vous-même, sur d’autres cultures, vous allez mûrir plus vite et vous changerez votre vision du monde.

Mais n’oublions pas le point fondamental : l’aspect financier. L’argent c’est le nerf de la guerre. Et vous êtes en guerre contre votre banquier qui vous fera la gueule. Au début,  vous serez fauché et vous le resterez un certain temps. De fait, pour ceux pour qui, quitter l’Europe est une aventure trop incertaine, les pays d’Europe centrale ou de l’est sont une bonne solution. Je suis en Pologne depuis 2010, je peux vivre à deux pas du centre ville de Wroclaw (à 1h45 de vol de Paris) en me payant sorties au restaurant, ciné, téléphone, logement, internet pour 400 euros / mois (à peine plus que ceux que touchent les étudiants en province, en France, pour vivre). Donc si je gagne 1000 euros, je mets 600 de côté. Songez également à des pays comme la Thailande, la Chine, le Viet Nam, des pays asiatiques de l’ex bloc soviétique…

Est-ce un sacrifice ? Oui.

Mais vivre ses rêves et devenir votre propre patron exigera de vous de nombreux sacrifices. Soyez donc préparé.

 

Prêt à ne jamais être lu ?

 

Vous n’écrirez pas des articles intéressants, vous n’aurez pas de lecteurs, vous allez donc échouer.

 

La monétisation du blog passe à travers la monétisation de son audience, dernière étape de la professionnalisation. C’est en effet le pallier ou la plupart d’entre vous, pour ne pas dire la majorité, échoueront. Non parce que vous n’êtes pas passionnés par votre sujet ou doués de talents mais simplement parce que gagner de l’argent au travers de son blog requiert des compétences de commerciaux que tous n’ont pas forcément envie de peaufiner. Travailler cet aspect est pourtant vital.

Bloguer ce n’est pas attendre que l’argent vienne à vous.

 

Personne ne vous attend. Ni les lecteurs, ni les annonceurs. C’est à vous de prouver votre valeur.

 

Si vous ne vous en sentez pas capable, si cet aspect rébarbatif n’est votre vision du blog alors ne devenez pas professionnel. Restez un amateur. Aucune agressivité dans ce mot. C’est la réalité.

 

 Si vous n’apprenez pas à vendre votre contenu, vous échouerez à 100%

 

Si vous ne voulez pas endosser le costume du commercial car celui-ci ne vous sied pas alors il n’y a pas d’argent à la fin du mois. Si se vendre c’est aller contre vos convictions mais que vous voulez devenir tout de même blogger pro. Changez de convictionsOn ne vit pas que de gentils commentaires, de likes et d’eau fraîche. Si vous ne faites pas rentrer d’argent,, la fin du rêve sera brutale.

 Si tu traverses l’enfer, ne t’arrête pas – Winston Churchill

 

Prêt à bosser le we en oubliant les 35h ?

 

Vous allez bosser beaucoup et vous allez en baver !

Trouver un sujet, le rédiger, trouver les photos, arranger les photos, corriger, agencer le contenu, le médiatiser, répondre aux lecteurs, aux annonceurs… et c’est reparti… et puis tout ce qu’il y a autour aussi. Le design, les mises à jour, les factures…

Dernièrement, j’ai voulu changer le design du blog. Entre la recherche du design qui convient, l’installation, les mises à jour du blog, des extensions, l’adaptation du code (ah oui, il faudra apprendre un peu à coder), les messages sur les forums pour demander pourquoi mon bout de code ne marche pas… cela m’a pris 30h de travail en 2 jours.

 

Vous lisez bien. 30H de travail en 2 jours. Certains seront évidemment plus rapides que moi mais si vous souhaitez bien vous préparer et que tout se déroule le mieux possible, cela prendra du temps. 30H soit 15h/jour pour avoir l’aspect que je voulais, faire les sauvegardes nécessaires, vérifier que le site est protégé, trouver la source de bugs, les corriger etc… voilà un aspect concret.

 

Un blogger ne connait pas les we.

 

Les premiers mois, en 2011, je travaillais entre 10 et 15h par jour et ce, du lundi au dimanche. Non, je n’ai pas la notion de ce qu’est un we. Le we, je bosse aussi sur le blog car j’aime cela. Parfois, je n’aime pas cela mais je dois le faire.

 

Vous devrez sans cesse vous perfectionner.

 

  • Rédacteur-web : Il vous faudra en effet effectuer la recherche d’informations, la rédaction, l’édition, la mise en page de vos articles.
  • Community manager : Ensuite viendra la promotion de vos articles sur les forums, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Linkedin, Hellocotoon, forums spécialises…).
  • Commercial/SEO: Il vous faudra également effectuer la veille sur les autres blogs, le travail de référencement, le contact avec les marques, répondre aux lecteurs dans les commentaires, aux mails, aux sollicitations diverses, au courrier… trier vos photos. Pour un blogueur voyageur, on ajoutera : préparer son voyage, son matériel.
  • Comptable/secrétaire En tant que professionnel, il y aura aussi l’aspect comptable et administratif. Relance des factures, répondre aux mails des annonceurs, les contacter, les relancer, le suivi des contrats, la mise à jour des fichiers clients, des communiqués de presse, effectuer le réseautage…

Et vous vous apercevrez que 24h dans une journée, c’est vraiment trop peu !

 

Oui, le blog est une petite entreprise.

 

Devenir blogueur c’est devenir son propre patron. On se sent libre, c’est vrai. Je me sens libre.

Mais la journée ne s’arrête pas lorsque l’on rentre chez soi. D’ailleurs, si on n’y prend pas garde, la journée de travail peut ne jamais s’arrêter vu que l’on travaille de chez soi ou que notre lieu de travail est tout lieu disposant d’une connexion wifi. Après tout, vous faites ce que vous aimez alors ce n’est pas vraiment du travail, pas vrai ? Allez, pour le plaisir, je mets lol.

 

Vous avez lu le livre la semaine de 4h par Tim Ferris ? C’est bien ! Maintenant jetez ce livre à la poubelle et brûlez-le.

 

Vous travaillerez 4h par semaine lorsque vous gagnerez assez pour vous payer une secrétaire et sous traiter certaines tâches rébarbatives. On n’en reparlera dans quelques années quand vous serez devenu une star du blogging (et encore).

 

Ne pas travailler, c’est échouer. Le monde du blogging ce n’est pas de l’assistanat.

 

C’est rester en arrière pendant que les autres avancent. Le monde du blogging ne vous attendra pas, c’est pas de l’assistanat, y’a pas de SMIC, de RMI. C’est une arène et  vous êtes seul. Vous et votre page blanche. Si vous n’êtes pas assez bon, cela sera un pouce vers le bas de la part des lecteurs. Vous disparaîtrez.

 

Prêt à vous faire rabaisser/détester ?

 

Ton métier ? – Blogger – Allons, c’est un travail ça ?

 

J’entends souvent “ mais tu as une vie de rêve “ tu voyages tout le temps” “c’est super de ne rien faire de ses journées” “non mais tu ne connais pas le mot “travail” toi” « qu’est-ce que je n’aimerai rien faire comme toi » « tés blogger, tu vis chez tes parents alors ? »

Un blogger dans le domaine du voyage voyage plus que la moyenne, c’est normal, c’est son métier.

Les hôtesses de l’air, les pilotes d’avions, certains cadres, les camionneurs voyagent aussi beaucoup… dans le cadre de leur travail. Mais eux, ils ont un vrai métier alors que vous, vous faites quoi ?

Vous prenez quelques photos que vous postez sur instagram et vous passez votre temps sur Facebook. Allons, ce n’est pas un vrai métier. Ma cousine de 12 ans fait cela, tout le monde peut le faire.

 

Ayez conscience de votre valeur.

 

Faire votre trou et gagner vos premiers euros c’est bien… mais maintenant on vous aime moins.

Certains lecteurs et blogueurs ne vous aimeront pas parce que vous êtes lu. Parce que vous aurez du succès. Parce que vous gagnez de l’argent. Parce que vous serez invité à des voyages. Parce que…

Vous aurez beau progresser, évoluer, dépasser vos erreurs de débutants, ils ne vous apprécieront pas quoi que vous fassiez.  Il y en qui vous diront que vous êtes illégitimes, que vous êtes nuls, que vous ne valez rien, qui vous mépriseront, qui vous traiteront de vendus. C’est un peu français de taper sur ceux qui réussissent car ils veulent sortir du troupeau. Je ne suis pas adepte du nivellement par le bas. Cela ne veut pas dire être arrogant. Cela n’implique pas non plus de se rabaisser soi-même.

 

Gagner de l’argent en France, c’est presque devenu un tabou de nos jours.

 

Dernièrement, on m’a traité de voleur dans un mail parce que mon blog contenait des articles sponsorisés.

Google n’est pas gratuit, Facebook non plus. Je travaille pour moi, pour ma passion, pour mes lecteurs. J’ ai expliqué dans A propos que j’ai besoin de quelques pubs, articles sponsos, liens affiliés pour financer ma passion et tout ce contenu gratuit. Mais également pour vivre, tout simplement. Certains ont un problème avec l’argent. Ignorez-les.

 

Continuez pour vos vrais lecteurs.

 

Mes vrais lecteurs l’ont compris, me suivaient, me suivent et me suivront. Mes vrais lecteurs me reprocheront évidemment mes quelques faux pas et me taperont dessus si le fric devient le but unique et ultime de ce blog. Mes vrais lecteurs ne m’ont pas fait ce reproche car ce n’est pas le cas donc je ne me préoccupe pas du reste. De fait, travaillez pour vos vrais lecteurs, emmerdez les autres.

 

L’homme de génie est celui-là seulement qui trouve une si douce jouissance à exercer son art, qu’il travaille malgré tous les obstacles. Mettez des digues à ces torrents, celui qui doit devenir un fleuve fameux saura bien les renverser.  Henri Beyle, dit Stendhal

 

A méditer.

 

Pour les blogueurs voyageurs. Prêt à tout noter, à tout photographier ou presque ?

 

Les lecteurs ne veulent pas seulement entendre vos épopées dans telle ou telle région qui les fait rêver. Ils vous lisent aussi pour partir. Oui, avoir une belle plume, de l’inspiration et écrire si possible sans fautes (et c’est moi qui dit cela, ironie quand tu nous tiens) est important mais les gens veulent des conseils. Vous allez quelque part, ramenez-leur de l’info !

 

Quoi, comment, où, combien, qui ? Répondez aux questions qui intéressent les gens. Oui les états d’âme sur votre vie de bloguer voyageur, sur une rencontre émouvante dans un train perdu au fond de la cambrousse peuvent faire des articles magnifiques, touchants, etc…

 

Un blog qui réussit répond à un besoin.

 

Comme google répond à nos requêtes et Facebook à notre envie de socialiser. Répondez efficacement au besoin de vos lecteurs tout en gardant votre personnalité et surtout en gardant votre personnalité, voici l’une des routes du succès.

 

Donc, pour un blogueur voyageur, n’oubliez pas de répondre à des questions plus terre à terre des lecteurs. Ils viennent sur votre blog chercher du concret. C’est vous l’expert pratiquement tout le temps sur la route. C’est vous qui voyagez c’est donc vous qui savez. Notez donc les adresses, les prix, les conseils des locaux, les noms des lieux que vous visitez, renseignez vous sur l’histoire pour donner des anecdotes croustillantes. (remarquez que je n’applique pas forcément tous mes bons conseils, oui, je sais, c’est mal). Vous pouvez, que dis-je, vous devriez le faire dans une rubrique facilement visible en fin d’article. Je le dis d’expérience hein ! Les gens la lise et la consulte !

 

Parfois je rage devant des articles ou je lis la joie de tel blogueur d’avoir séjourné dans un lieu qui est magnifiquement décrit, avec de belles photos mais sans adresse, sans savoir comment s’y rendre ni combien de temps cela prend ni combien cela coûte. MAIS POURQUOI ? Il veut garder son petit coin de paradis pour lui ? File nous ton bon plan bon sang :)

 

Prenez des photos, même de détails et ne les supprimez pas (ne faites pas comme moi). Triez les ensuite au calme, sur votre ordinateur, pas dans la pression du moment. Cela implique d’avoir un appareil correct, de faire l’effort d’apprendre les bases de la photographie.

 

Tout cela a pour conséquence un coût en terme de matériel et, plus encore, un coût en temps. La prise, le traitement, l’apprentissage, l’édition, la compilation, la promotion de vos photos sont encore des taches supplémentaires qui s’ajouteront à votre liste quotidienne. On souhaite devenir un blogueur voyageur pro ou non, c’est votre choix.

 

Prêt à la solitude ?

 

Oui vous pouvez et vous devez entretenir des relations cordiales avec vos collègues blogueurs. Échangez des bons plans, des conseils, des astuces, effectuez la promotion de certains lorsqu’une marque vous demandera une liste de gens de qualité pour certaines opérations commerciales mais n’oubliez pas qu’ils resteront également des concurrents et qu’ils sont humains. Ils peuvent donc mentir, manipuler, arnaquer. Acceptez d’ouvrir les yeux sur le comportement de certains si cela va à l’encontre de vos valeurs.

 

Ne l’oubliez pas. Ne l’oubliez jamais. Le monde du blogging n’est pas un monde de bisounours.

 

Votre blog, votre contenu, c’est ce que vous vendez. Les autres blogueurs pros font la même chose, c’est une course constante qui vous poussera normalement à plus de qualité (la médiocrité ne fidélise que les imbéciles), à fidéliser le vrai lecteur par du contenu intéressant, unique, attrayant et c’est une course de fond dans laquelle vous courrez seul. C’est un choix, il faut l’accepter.

 

On ne blogue pas les cheveux au vent au bord de mer non. On vit pour le wifi !

 

Vous pouvez bien sur travailler dans un café, dans des lieux magnifiques mais je vous dis tout de suite que le cliché du bloguer travaillant à la plage sur sa chaise longue est un mirage. Car il y a trop de soleil, généralement trop de cris (oui, on va a la plage quand il fait beau et on est pas les seuls), quand il y a du vent, votre ordinateur et vos yeux n’aimeront pas les grains de sable, ni les ballons freesbee et autres trucs volants, la chaise longue ce n’est pas confortable, en clair, l’environnement n’est pas productif. Et je ne parle pas du wifi. D’ailleurs, entre nous, si je vais à la plage, c’est pour piquer une tête dans l’eau et non pour bosser et prendre le risque de me faire voler mon outil de travail.

 

Après certaines dures journées durant lesquelles vous avez bourlinguer de sentier en sentier, pendant que vos amis iront se détendre gaiement au bar, le blogueur voyageur ira, lui, écrire ses quelques brouillons, uploader ses photos, vidéos, commencer l’édition de ses articles, poster sur les réseaux  répondre aux commentaires. Pour vous, la journée ne sera pas finie et la soirée sera souvent synonyme de solitude dans votre chambre d’hôtel ou dans la salle commune de votre auberge de jeunesse.

 

Pas de travail d’équipe donc à moins de rouler sur l’or pour embaucher des collaborateurs mais généralement, votre blog, c’est votre bébé, votre start-up, vous êtes tout seul pour la faire grandir. Oui mais heureusement j’ai le soutien de la famille et de mes amis !

 

Annoncez “je veux devenir blogger pro” Famille et amis vous regarderont avec des gros yeux comme si vous étiez fou.

 

– “Quoi, c’est un métier ça ?” “Il faut être sérieux. Il faut être adulte, cherche un VRAI travail” “Dans la vie, la passion ne mène pas bien loin”

Voila une panoplie des réflexions que j’ai entendu à mes débuts et que j’entends encore parfois (plus rarement certes). Si c’est votre projet alors vous serez souvent seul à y croire. C’est à cela que l’on reconnaît aussi les gens passionnés et déterminés. Ils ne reculent pas.

 

Oui mais heureusement j’ai ma moitié !

Malheureusement, dans certains cas, la personne avec qui vous partagez votre vie ne comprendra pas votre dévouement,  votre passion, cette course éperdue pour atteindre vos rêves  Lorsque vous voyagez, comme c’est mon cas, vous vous éloignez « loin des yeux, loin du cœur » de l’incompréhension peut naître. Du fait de l’absence, vous pouvez devenir des étrangers qui ne se côtoient qu’à de rares moments.

 

Vouloir vivre ses rêves c’est être égoïste  individualiste, ne pas faire de concessions pour aller là où la folie de nos rêves nous mènera…

 

or le couple, son fondement, repose sur la notion de concessions. Un jour, il vous faudra peut-être faire un choix. Je ne vous le souhaite pas… mais un jour, peut-être que ce choix viendra. Entre vos rêves et l’être aimé. Entre le « je » et le « nous »

Il y a ceux qui croient en leur rêve et les autres.

 

Malgré tout, vous croyez en vous ?

 

99% d’entre vous échoueront. Et alors ? Vous faites peut-être parti de ces 1%

 

Alors ne reculez pas, c’est une magnifique aventure.

Une formidable et incroyable épopée. Vous allez en ch*** vraiment, vous n’allez pas forcément réussir et très probablement échouer mais vous en retirerez une grande expérience.

 

Tout le monde savait que c’était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait.Marcel Pagnol

 

Soyez donc, comme moi, cet imbécile.

Car depuis deux ans maintenant, je suis un imbécile heureux.

 

La prochaine fois, nous allons aborder dans un long dossier la partie création ou toute la partie technique sera expliquée en détails, pas a pas.