Vous connaissez Ella Maillart? Moi, j’avoue, je ne la connaissais pas avant qu’une amie Suisse m’offre ce livre. Bien lui en a pris. Comme ai-je pu passer à côté de cette aventurière-voyageuse pendant tout ce temps ? Quoi qu’il en soit, maintenant que j’ai fait sa connaissance, je vais avoir du mal à la lâcher. Et quelque chose me dit que ce sera pareil pour vous !

 

Ella Maillart en quelques mots

 

 

Ella Maillart, fille d’un commerçant suisse, est née en 1903 et décédée en 1997. Très jeune, elle se démarqua de ses camarades par le sport, ses rêveries, son amour pour les récits d’aventure et son envie de voyages et de traversées en mer. Abandonnant rapidement les études, lui laissant trop peu d’espace pour rêver, elle fût une sportive accomplie en ski, hockey et  navigation. Après plusieurs aventures en mer et sur terre à travers l’Europe, elle partit avant ses 30 ans pour la Russie et l’Asie à la recherche de grands espaces et des nomades qui la fascinait. Championne sportive, écrivaine, photographe, nomade, voyageuse, loup de mer, Ella Maillart eût de multiples visages et semble avoir vécu mille vies.

 

 

Résumé du livre « Je suis de nulle part »

 

Ella Maillart a beaucoup de fans. Elle a inspiré beaucoup d’aventuriers et hante encore aujourd’hui nombreux voyageurs et aspirants aventuriers. Olivier Weber est l’un deux. Hanté par cette femme libre et nomade, il décide de partir sur ses traces pour mieux la comprendre, pour découvrir les clés de son passé et peut-être même pour rencontrer son fantôme. Il nous emmène avec lui dans ses recherches et entretiens, de l’Angleterre à l’Afghanistan en passant par la Chine et la Russie, à la rencontre d’Ella Maillart.

 

Un ouvrage comme une introduction à Ella Maillart

 

Un parcours extraordinaire, à une époque difficile où l’aventure n’était pas aisée, Ella m’a totalement conquise par son mystère, son choix de vie, sa liberté et son esprit aventureux. Oh que j’aurai aimé prendre la route avec elle ! Mais j’aurai sans doute été un peu trop peureuse pour la suivre parfois. Olivier Weber parvient vraiment à refaire surgir l’esprit du personnage par des récits de voyage, des réflexions et des citations. Bien plus qu’une biographie froide et linéaire, il nous offre un texte en hommage à Ella et à tous les aventuriers et nomades qui parcourent encore aujourd’hui le monde. Les fans d’Ella formeraient presque une secte étrange… je ferai bien partie d’une telle communauté, avide de vivre à fond, de découvrir l’autre et de vivre sans attaches.

 

Un livre à la rencontre d’Ella Maillart, mais aussi à la rencontre de soi-même en tant que voyageur désireux de mieux se connaître et de mieux comprendre ce besoin que l’on a d’être toujours en mouvement, de fuir notre société occidentalisée et de tenter de réinventer le monde. Ella Maillart m’a conquise, et j’ai maintenant envie de dévorer tous ses écrits. J’ai retrouver un peu de moi chez elle. Une femme inspirante qui a beaucoup à nous apprendre.

 

Quelques extraits du livre :


Qu’est-ce qu’on fout ici ?  (La fameuse devise d’Ella Maillart)

Tous m’attiraient. Partout, il y avait des êtres, des choses à voir, à comprendre. Et partout, peut-être, il y avait des hommes qui menaient une vie plus normale que celle de nos monstrueuses villes assujetties aux machines.

Le nomadisme est une liberté que ne peut supporter le monde sédentaire, sauf s’il lui est soumis, comme condition de son renouvellement. Le « partir, revenir » n’est acceptable que si le revenir l’emporte, et non pas à égalité des actes.

Chacun devrait prendre son bâton de pèlerin et aller au bout de soi-même.

Si nous abordons les choses par leurs différences, même le foie et la rate sont aussi éloignés que les villes de Ch’u et de Yueh. Si nous les abordons par leurs ressemblances, le monde est UN.

Voyageuse et grande rêveuse, Lucie a vécu en Suède et au Canada, avant de poser ses valises à Londres depuis plus de deux ans. Elle partage sa passion du voyage, de l’évasion et de la culture, ses découvertes et ses rêves sur le blog Voyages et Vagabondages