Dans la première partie, on s’était arrêté au moment ou je devais vous raconter ma rencontre avec un curieux personnage. Bon, il n’est pas si curieux que cela vu que c’est un dealer. Si un jour cher dealer, tu passes sur ce blog, sache que je te fais coucou 😉

 

Mettons-nous en situation. Mon téléphone polonais ne marche pas. Il est 19h30, je n’ai évidemment pas de cartes de Paris sur moi ni de cartes téléphoniques. J’ai seulement le téléphone d’Arnaud. Que faire ?

Vous vous souvenez de l’ado pokémon ? Et bien elle prenait le même avion. Je lui emprunte son téléphone pour 2 secondes en échange je lui montre ou prendre le métro et lui donne 2,3 conseils comme ne pas attaquer le métro avec sa pockeyball. Que des choses utiles quoi !

 

Je téléphone donc à Arnaud et il m’indique qu’il va arriver dans une 306 grise d’ici 15 a 20 min. Je précise que j’ai les deux bouteilles de vodka dans mon sac, détail important pour la suite de l’histoire.

Je monde et voici le dialogue surréaliste avec le chauffeur.

« Salut Arnaud, ça va ?
Ouais, t’as la marchandise ?
Heu… ouais, les deux bouteilles de vodka !
Quoi ?! Mais qui a parle de vodka, on a parle d’herbes… qu’est-ce que tu fous avec des bouteilles de vodka.
Non mais il doit y avoir une erreur je…
Quoi, quelle erreur, on s’était mis d’accord… y’a pas d’erreurs. Tu me files le fric, je te file l’herbe.
Non mais moi je viens de Pologne, le couchsurfing, tu devais m’héberger pour une conférence…
Quoi ? Mais qu’est-ce que tu racontes comme connerie…ah mais t’es un touriste en fait !
Oui…
DÉGAGE DE MA VOITURE ! »

 

Le « vrai » Arnaud beaucoup plus sympa et souriant a débarqué 10 min plus tard. Et la, c’est drôle aussi car Arnaud me dit :

« J’habite Saint Denis » Et la, moi, dans ma tête (merci la télé), je me dis « ok, je vais mourir en sortant de la voiture »

Oui, je sais c’est cliché et Saint Denis m’a bien surpris, en bien. C’est vivant, multiculturel, les gens ne font pas tous la gueule dans la rue, on ne vous emmerde pas, en tout cas, on ne m’a pas emmerdé… il y a de la verdure, un marché, les immeubles ne sont pas trop haut. Comme le dit Arnaud, le quartier s’embourgeoise ce qui est un bien : quartier plus tranquille, plus vivant, mais aussi un mal : hausse des prix liés à la spéculation.

 

J’ai bien vu des « jeunes de banlieue » mais sans doute grâce à la présence d’Arnaud ou au fait que je ne paye pas de mine, je n’ai pas eu de problèmes même quand je me suis baladé seul le soir en rentrant… Alors certes, je suis d’accord que 2j et demi ce n’est rien, je ne vis pas là-bas au quotidien etc mais les clichés ont la vie dure et il faut voir de ses propres yeux pour faire tomber les stéréotypes qui sont parfois tenaces. Arnaud a été super sympa avec moi, sa maman très accueillante malgré mon appétit. Le lit plus grand que celui qu’on partage a deux en Pologne avec ma copine. Non vraiment, niveau couchsurfing, excellent ! D’ailleurs, il faudra que l’on remplisse notre profil 😉

 

On a passé des heures à discuter de voyages, de projets, à déconner, à imiter Normane (« Faux ! ») J’en ris encore lorsque j’y pense… ça c’était le premier soir.

Le lendemain, j’avais pas mal de choses à faire : acheter un portable avec carte rechargeable pour être joignable(le minimum pour survivre de nos jours), imprimer l’invitation pour la rencontre bloguing, me balader en ville, rencontre miss Oreille pour lui donner son cadeau (et l’acheter accessoirement), trouver un cadeau pour ma copine… et revenir me changer comme un grand sans me perdre (j’ai un mauvais sens de l’orientation en fait… je marche sur la technique de test > erreur… sauf sans une carte et sans cailloux comme le petit poucet, cela ne marche pas !)

Au prochain épisode, je vous raconte comment j’ai rencontré Oreille et galéré avec son cadeau, ma découverte de l’Inde et comment j’ai failli rater la rencontre bloguing en me perdant en ville.