Chine – voyage à Guilin, une Chine hors du temps

Il y a des voyages qui mettent longtemps à être digérés. Plus je reste en un lieu dont la culture est éloignée de la mienne, plus il me semble difficile d’en parler après la publication d’un simple article contenant les impressions à chaud. Et puis il y a un réel plaisir à redécouvrir ces photos que je n’avais jamais triées, comme si je venais de recevoir la pellicule développée entre mains.

Je pense que la Chine fait partie de ces voyages qui mérite l’attente. Un mois à me balader à droite à gauche (la vieille ville de Pingyao, le splendide parc de Jiuzhaigou…) , suivant dans ce pays continent un tracé somme toute banal, à la poursuite d’images un peu cartes postales. Mais derrière les images, il y a les émotions, les souvenirs et la construction même de ce souvenir qui est une histoire à lui seul.


balade radeau rivière Li

De Chengdu à Guilin

Plus de 1300km séparent la ville de Chengdu, ma base d’excursion pour mon ascension du Mont Emei Shan et le magnifique parc coloré de Jiouzhaigou, et la ville de Guilin dans la province de Guanxi. Pour vous donner un ordre d’idée, c’est la distance séparant mon petit village de Thimory dans le Loiret, en France, et ma ville de naissance Luban, dans la région de Basse-Silésie, en Pologne. La Chine se rit de pareilles distances, même avec plus de 1300km nous restons dans son giron. Ce n’est pas 3h30 de train qui vous attendent comme un Paris-Marseille en TGV mais, dans mon cas, environ 29h dans le lit de la cabine 6 places, 2nd classe. Pas non plus de comparateur pour trouver le meilleur tarif suivant votre mode de transport favori (train, avion ou bus). En Chine, vous êtes dépendant des locaux et le mieux encore est de se rendre sur place, à la gare, avec votre petit papier contenant toutes les infos, en chinois, pour acheter votre billet.

villqge xinping) rivière Li

Guilin est une ville moyenne de quelques millions d’habitants. Rien de nouveau en Chine, rien de bien attirant. Après avoir lu l’article du sympathique couple du blog NovoMonde concernant Xinping, je ne souhaitais qu’une chose, échapper à cette pression démographique (et la pollution) par un voyage en radeau le long de la rivière Li pour goûter à la tranquillité et voir de mes yeux ces formations karstiques qui font rêver tant de photographes. Pas de visite de Yangshuo pour moi, devenue à mes yeux trop touristique (particulièrement quand les auberges sont mises en avant car « près des bars » dans les annonces). Au menu, une simple marche avec mes gros sac, sous le soleil, en direction de Xinping.

  Infos utiles.  Pour votre hébergement à Guilin, me concernant, je suis resté au Wada Hostel (vous pouvez également trouver tous les hébergements à Guilin et dans les environs). Demandez vos infos à la réception si vous souhaitez partir tôt pour une traversée de la rivière Li sur un bamboo boat Insistez bien que les changements de bus ne vous effraient pas sinon vous finirez dans un « tour touristique » plus tardif sur une rivière encombrée de bateaux.

radeau coucher de soleil riviere Li

Sur place, l’atmosphère bouillonnante d’un village/ville en pleine mutation. Avec la Chine, difficile de mesurer les choses. Vous n’avez pas le temps de vous retourner qu’un petit patelin de 500 habitants devient une bourgade attirant des -centaines de- milliers de personnes. Avant le tourisme international, c’est en premier lieu le tourisme chinois qui dénature les lieux. Sachant que vous retrouvez l’image de Xinping sur les billets de 20 yuans, je crains pour l’avenir.

 lever de soleil dent de fragon (1)

Sur place j’en ai profité pour grimper au sommet de la formation karstique surplombant Xinping. Je me suis donc levé à 5h du matin pour admirer un lever de soleil sur les dents de dragon le long de la rivière Li. (ce fut magique). Vous ne serez pas forcément seul mais, à cette heure-ci, il n’y aura pas non plus beaucoup de courageux.

 lever de soleil dent de fragon (2)

Les pêcheurs au cormorans de la rivière Li.

 pecheur rivière Li (9)

J’ai cherché de « vrais pêcheurs » sans passer par la séance photos à 50 euros que l’on trouve dans le menu des activités de l’auberge, une fois le soir venu.(je suis un voyageur fauché, rappelez-vous). Il me fallu pour cela traverser la rivière Li et marcher le long de la berge, en comptant sur la chance, qui, chose rare, me sourit. Après une heure en tongs sur les cailloux (je déconseille), je suis tombé sur une session improvisée par une photographe chinoises qui avait soudoyé 2 papis, péchant là tranquillement, afin de les faire poser. Je me suis joint à la mise en scène qui, pour eux, consistaient à sourire et… à pêcher.  Ils semblaient content de se prêter au jeu. Je ne me suis pas attardé car je ne souhaitais pas déranger la pro qui m’a gentiment laissé prendre quelques clichés alors qu’elle rechargeait son appareil d’une nouvelle carte mémoire. Imaginez alors mon excitation… Les pêcheurs ne m’ont rien demandé mais je leur ai donné l’équivalent de 2 euros pour le dérangement. Un grand sourire édenté fut leur réponse.

pecheur rivière Li (5)

Une fois mon tour terminé et la photographe chinoise partie, ils sont revenus à leur tâche : chercher des poissons à l’aide de leur cormoran. Je les ai regardés de loin, l’appareil photo dans son fourreau. Ils m’ont fait signe. Il y avait une magie d’une autre époque dans leurs gestes. Depuis, j’ai appris que certains vont au plus rapide, en jetant une grenade. Solution radicale, efficacité maximale. J’espère que ce ne sont que des rumeurs mais la Chine m’a appris qu’elle fait peu attention aux convenances et le respect de la nature est, bien souvent, accessoire.

Le soleil sur son couchant, je suis reparti afin d’attraper le dernier bateau effectuant la traversée.

pecheur rivière Li (6)

pecheur rivière Li (13)

pecheur rivière Li (12)

pecheur rivière Li (10)

pecheur rivière Li (8)

pecheur rivière Li (7)

Balade en vélo près de Xinping.

lac non loin d Xinping (1)

Il y a de nombreux itinéraires de balades à pied (minis treks) ou à vélo au départ de Xinping. Cette fois-ci, après de nombreuses excursions pédestres, j’ai choisi le vélo. La balade consistait à rejoindre un lac. Un bon 50km AR comprenant de belles montées (et d’affolantes descentes) avec un itinéraire gribouillé sur un bout de papier par le propriétaire du restaurant à l’entrée du village; le tout accompagné de quelques mots de chinois pour éclairer mes interlocuteurs dans le but de mon entreprise, dans le cas où je me perdrai en chemin. C’est le frère, très musclé, chose étonnante pour un chinois, qui m’a conseillé ce lieu et le tracé.

 lac non loin d Xinping (2)

Au final, un petit chemin de cambrousse afin d’arriver dans un village et faire trempette dans le lac après cette virée en vélo exténuante qui n’en finissait plus. Le tout fut agrémenté de pamplemousse chinois que l’on m’offrait sur la route en me souriant.

pamplemousse chinois

Balade matinale à Xinping

Extrait de carnet :

La culture de cet ailleurs me semble toujours insaisissable. On ne restera toujours que le touriste de passage. Une présence éphémère. A peine on t-ils eu le temps de nous apercevoir que nous leur tournons le dos, voguant vers un ailleurs. Pourtant, dans ces ruelles aux noms étranges, durant quelques instants, nos vies que tout oppose, les trajectoires si différentes de nos destins s’oublient et nos routes se croisent. Nos regards, aussi, parfois. C’est peut être dans la simplicité de cet échange, de ce sourire, que se transmet le secret du bonheur.


Pour préparer votre séjour en Chine


balade dans xinping (5)

balade dans xinping (6)

balade dans xinping (7)

balade dans xinping (8)

balade dans xinping (9)

balade dans xinping (1)

balade dans xinping (2)

balade dans xinping (3)

balade dans xinping (4)

patisserie xinping