#Bergen – Quelques jours pluvieux et froids. Des jours bergéniens dira l’oncle polonais de Magda qui y vit depuis quelques années. Climat local oblige, le parapluie devient notre troisième bras et avoir une petite laine sur soi colorée rend la marche moins grise. Ce n’était pas pour me déplaire. Je ne suis pas un fan extrémiste des voyages carte postale avec ciel bleu magnifique. L’eau est un élément qui constitue l’histoire et le quotidien de Bergen (ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme la ville de la pluie), il faut l’apprivoiser et apprécier les nombreuses averses, la brume et le vent aussi facétieux qu’un enfant. Si un rare rayon perce les nuages, il convient de lui sourire subrepticement avant qu’il ne fuit. Pour le remercier.


norvege bergen (6)

Bergen : les virages vous font et vous défont

 

norvege bergen (8)

Ceux qui n’aiment pas les virages en voiture risquent d’avoir quelques désagréables remontées gastriques. La Norvège est naturellement fâchée avec les lignes droites. Il n’y a pas tant de place que cela entre les fjords.  Il n’y a rien à redire, cette souffrance a le mérite de nous dévoiler les extraits de ce qui nous attend. Il y a ces nuages qui galopent sur les pentes, ces ruisseaux et ces cascades à foison, cette nature sauvage qui est à portée de main, au détour d’un virage, à la sortie d’un pont. Ce vert, ce bleu, ce gris qui se mêlent. Les couleurs sont pures.

norvege bergen (4)

 

D’ailleurs, pour se balader dans le pays (à moins d’avoir des amis ou de la famille), il faut se préparer à débourser de 700 (prix promo) à 1500 euros/personne pour une croisière en bateau. Découvrir la Norvège se fait a un prix que l’on ne peut encore se permettre de débourser. De fait, je vous conseille plutôt la location d’une voiture pas cher, vous êtes beaucoup plus libre de vos mouvements mais de mars à avril seulement car ensuite, les axes intérieurs peuvent être fermés à cause de la neige. Les trajets en train, parait-il, offrent des vues à couper le souffle. Je veux bien le croire. Marcher dans les hauteurs en dehors de la ville me produit déjà cet effet. Pour des raisons sensiblement différentes. Cela sera pour une prochaine fois.

norvege bergen (3)
 

Bergen est une somme toute une petite ville bien que, avec ses 250 000 habitants, ce soit la deuxième du pays. Par comparaison à nos mégalopoles, on se croirait dans un village. Du quartier de Bryggen, prés du port, ou se trouve le marché des fruits de mers et les typique de ses petites maisons de bois de travers colorées inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, en 10 min à pied vous vous retrouvez à escalader l’un des 7 monts (Fløyen,celui avec le téléphérique) qui enserrent la ville.

norvege bergen (1)

Vous croiserez alors ces norvégiens sportifs qui, qu’importe la météo, courent lors de la montée à pas léger alors que vous peinez en marchant. Qu’on ne s’étonne pas qu’ils soient si sveltes. Vous les voyez vous doubler deux à trois fois en vous saluant (certains doivent se préparer à courir le marathon pour se donner tant de mal à grimper la colline plusieurs fois d’affilé). Je me demande quel est le secret. Je m’abreuve des ruisseaux qui dévalent la mousse pour tenter de percer le mystère. Ils ont peut-être du sang de renne pour galoper aussi vite. Un grand blond torse nu au corps sculpté par l’effort me dépasse pour la énième fois d’une marché légère. Je remarque le regard admiratif de Magda. Quelques noms d’oiseaux assaisonnés de « Knut » me traversent l’esprit. Mais le voilà déjà loin. Rappel personnel : me remettre au sport.

norvege bergen (7)

On se surprend à s’asseoir sur un banc, même mouillé, pour apprécier le calme des hauteurs et la vue sur la ville et le port lorsque le temps le permet. J’aime l’impression de solitude et de paix que l’on retrouve alors en perdant notre regard au loin, entre les montagnes et cette mer limpide. Un rien redonne au lieu son air sauvage.

norvege bergen (2)

Extrait de carnet de voyage

Le froid.

Violant, piquant, mordant. Humide.

Il vous arrache un frisson qui vous transperce la peau dés la sortie de l’avion.

Les premiers pas vous arrachent donc une grimace et un sourire.

Les paysages sont comme un coup de poing que l’on se prend en plein visage.

Il y a des montagnes probablement pleine de trolls.

Il y a les fjords et leurs légendes.

Il y a forcement des elfes dans les forêts !

Les pluies intermittentes et la fatigue d’une nuit blanche n’y changeront rien.

Ici, la terre, la mer, le ciel se rejoignent et ensorcellent vos pupilles.

La beauté sauvage du lieu s’entrevoit lorsque le timide soleil daigne pointer sa bouille entre deux nuages.

norvege bergen (5)