Article invité de Marie  Trop sale, trop de monde, trop d’arnaques, trop de pluie… Destination de rêve, Bali peut s’avérer être un véritable cauchemar pour voyageurs. Vous avez tous entendu parler de ces reportages Bali-poubelle, et de ce Bali-touriste, lieu de l’arnaque par excellence.

Pourtant, si l’on sait l’aimer, cette île peut nous surprendre, bien au-delà de nos attentes. Bali n’est pas une île facile, il faut savoir s’y prendre avec elle…

Nous avons vécu sept mois en Indonésie. Bali est rapidement devenu notre destination week-end favorite. Bukit Peninsula pour le surf et les cocktails au soleil couchant, Seminyak et ses shops, Karangasem et sa tranquillité, la beauté des montagnes et l’énergie spirituelle des temples… Il faudrait une vie entière pour réellement connaître ce petit morceau de paradis, qui n’a de cesse de changer.

TIP2_Kuta

Conseil N°1. Jamais, au grand jamais, au moins d’août

 

S’il n’y a qu’une chose et une seule que je vous conseillerai, ce serait celle-ci. Durant nos week-ends, de février à juin, nous avons rencontré des Balinais formidables, nous nous sommes fait des amis, nous avons eu des moments de pur bonheur devant cette nature sublime, et nous sommes littéralement tombé amoureux de ce lieu qui respire les vacances.

En août, je débarque pour guider ma famille durant trois semaines à travers Bali. Mais mon Bali avait disparu. Quelle frustration de présenter ce lieu sous cet angle… Les touristes sont partout, par conséquent les prix flambent. Je pèse mes mots, les logements, transports, tours et autres peuvent être jusqu’à dix fois plus chers. Sur notre front, il est inscrit en néon “money”. Si nous avions l’habitude le reste de l’année, en août, le néon clignote. Cet course à l’argent rend les Balinais moins accessibles, moins souriants, difficile de faire réellement connaissance, c’est leur rush à eux, ils sont là pour faire du business, si tu veux négocier, passe ton chemin.

Pour dire, les taxis refusent d’allumer le compteur, et si on a le malheur de leur demander de le faire -c’est obligatoire-, ils nous indiquent la porte de sortie sans même se retourner.

Où est le sourire des Balinais ?

TIPN5_SEDIKIT

Conseil N°2. Ni à Seminyak, ni à Kuta.

 

Ce coin de Bali est plus Australien qu’Indonésien. Ils y ont fait leur Mecque du surf, mais c’est ce qui fait son charme. Ici, on se montre, on se fait brancher et on fait du shopping. Lieu incontournable pour faire la fête et prendre quelques vagues, c’est un must do.

Mais il serait dommage de trop s’y attarder, quand on sait tout ce que Bali a à offrir… La Péninsule de Bukit est parsemée de plages toutes aussi sublimes que les autres, tandis que le centre et nord de Bali sont des zones authentiques emplies de beauté et de spiritualité. Les Balinais y sont plus avenants et plus souriants, nous voilà enfin dépaysés.

Si vous souhaitez découvrir le vrai Bali, celui d’il y a trente ans, d’avant que son étiquette de place to be ne lui vole une partie de son charme, prenez un bateau pour Nusa Lembongan. Cette île paradisiaque est incroyable de beauté, on y surf, on y plonge, on loue un scooter pour découvrir l’île, on y rencontre des locaux charmants et fiers de vous faire visiter leur havre de paix. Le trafic est moindre ici, et les voyageurs respectueux. J’adore.

Bali_NUSALEMBONGAN

Conseil N°3. La beauté appartient à ceux qui se lèvent tôt

 

Celui-ci est valable pour tous les voyages, mais tellement important. Nous avons pris pour habitude de nous lever avant le soleil pour commencer la journée par un spectacle sublime. Bali somnole, vous avez les plages et les monts pour vous, ce qui rend cet instant privilégié que plus magique.

Pour ce qui est des attractions phares des touristes, comme les temples, votre découverte changera du tout au tout si vous arrivez avant les bus. En effet, difficile de percevoir l’aspect spirituel du lieu lorsqu’une quarantaine de personnes s’agitent autour de vous, mitraillant de photos.

TIPN3_TOT

 

Conseil N°4. Mettez-vous au scooter !

 

Dans un pays qui respire les vacances et la liberté, pas question d’être dépendant des transports. Rouler au milieu des rizières, répondre aux sourires des enfants sur la route, s’arrêter où bon nous semble, juste parce que c’est beau, atteindre des plages cachées…

Le deux-roues est votre pass pour la liberté !

De plus, il vous évitera les négociations quotidiennes pour les transports. Vous pouvez en louer partout, vous marchandez le prix une fois, et roulez, Bali est à vous.

TIPN4_Scooter

Conseil N°5. Sedikit Bahasa Indonesia

 

Quelques mots d’Indonésien suffiront à briser la glace avec les locaux, et ils pourront vous être très utiles pour communiquer dans les lieux plus reculés de l’île des Dieux. Vous verrez, la langue est assez simple à apprendre. Ou du moins, les bases.

De leur côté, beaucoup de Balinais connaissent quelques mots de français, et sont toujours contents de les utiliser.

BALI_RICEFIELD

Conseil N°6 Sous l’eau et au sommet des volcans

 

Plongez ! Vous n’aurez pas vu Bali tant que vous n’aurez pas mis la tête sous l’eau. Pas besoin de bouteilles, il suffit d’un tour en snorkeling pour découvrir de véritables merveilles sous-marines. Amed, Nusa Lembongan, Permuteran, les destinations ne manquent pas. Une fois de plus, levez-vous tôt et demandez conseils aux locaux pour trouver les plus beaux spots.

Grimpez ! Le lever de soleil depuis le sommet du Gunung Agung est un moment marquant dans un séjour Balinais. Les guides et voyageurs vivent ensemble un instant de beauté pure dans une ambiance incroyable. Festin pour le breakfast, photographies, prières… C’est tout simplement magique. Incontournable.

TipN6_Plongez

Marie : sa courte bio : Un voyage, ça se prépare. Ça se pense et ça s’attend, impatiemment. On compte les mois, les jours, les heures, et une fois le pied posé sur le sol étranger, tout défile à une allure incroyable. Entre temps, il se passe des choses. C’est ici qu’on est, dans cet entre-temps, dans ce moment de découvertes et d’évasions quotidiennes.

Rentrera-t-elle a été créé en 2011 pour mettre des mots sur mon voyage en Nouvelle-Zélande. Depuis le jour où je me suis envolée, je ne suis jamais redescendue de mon nuage. Après six mois chez les kiwis, l’Indonésie (Retrouvez son voyage en Indonésie ) me tend les bras. Aujourd’hui, c’est de Hong Kong  que je vous relate mes aventures. Le mois prochain, ce sera tout droit d’Australie.

Infos pratiques :