Ceci est un article invité de mon collègue Stef Kocyla (les infos sur son blog et ses réseaux en fin d’article)

Le Far West. C’est ainsi qu’on l’appelle en Europe. Il existe des noms, comme celui-ci, qui fascinent. Cow-boys, shérifs, bandits, tribus amérindiennes, chercheurs d’or…
Je pourrais énumérer beaucoup d’autres icônes évoquant cet immense et magnifique territoire.
« L’Ouest Sauvage » comme l’appellent les américains. Sauvage, parce qu’il a fallu le conquérir, ce territoire. Il a fallu le pacifier, le civiliser, le moderniser et le peupler. Malgré tout cela, il reste sauvage, encore aujourd’hui.
Comme beaucoup de français, mon enfance fut peuplée de cow-boys et d’Indiens. À une époque où les jeux vidéo n’existaient pas, Davy Crockett et Geronimo étaient nos héros, les ranchs et les tipis nos refuges d’enfants.
Mais impossible d’évoquer le Far West sans ses paysages mythiques. Canyons gigantesques, déserts de la mort, Montagnes Rocheuses, rivières sauvages…

John Ford est certainement celui qui les a rendus célèbres dans ses Westerns, mais ce sont les John Wayne, Clint Eastwood, Gary Cooper, Charles Bronson et bien d’autres qui leur ont donné vie.
Explorer ce territoire était pour moi d’abord un rêve d’enfant. Donner vie à toutes ces images ancrées dans ma mémoire.

Vivre mon Western à moi.
Non pas armé d’une carabine Winchester mais d’un appareil photo Sony.
L’été dernier, j’ai vécu mon rêve, accompagné de ma petite famille. Nous avons parcouru plus de 5 000 miles à travers 4 États, à la recherche des plus beaux spots photos de l’Ouest américain.
Bien sûr, je ne vous parlerai que des lieux que j’ai visités. À l’origine, nous avions prévu d’en visiter d’autres, mais nous en avons été empêchés par de gigantesques feux…sauvages.

1. Monument Valley

Plus que tous les autres, c’était certainement LE site que je voulais voir de mes propres yeux. Voir le mythe, au moins une fois dans ma vie.
Le voir et le photographier.
Monument Valley, c’est grand, très grand. À l’image du pays, tout est démesuré. Situé en Arizona, à la frontière de l’Utah, c’est aussi la terre d’un peuple natif de ce continent, celui des indiens Navajos.
Pour un photographe, Monument Valley est une expérience inoubliable.
À quelques conditions cependant.
Comme c’est un site touristique très photogénique, vous pourrez difficilement rater vos photos, quel que soit l’endroit d’où vous les prendrez.

L’une des plus belles vues selon moi, et l’une des plus accessibles, est celle depuis la terrasse de l’hôtel : le point de vue « John Wayne ». L’acteur aimait méditer à cet endroit-là, on le comprend…Certaines vues ne sont pas célèbres sans raison, ce sont tout simplement les plus belles. Par contre il sera plus compliqué de faire des photos qui sortent du lot.
Alors voici quelques recommandations si vous voulez vraiment faire des photos extraordinaires.

Passez au moins une nuit sur place. Nous avions choisi de passer la nuit à l’unique hôtel de la région l’hôtel The View. Mais vous pouvez opter pour le camping juste à côté de l’hôtel.

▶ Trouver un hébergement à Monument Valley

Une nuit, cela signifie un coucher et un lever de soleil.
Deux fois plus de chances de capturer la plus belle lumière.

Louez les services d’un guide Navajo, spécialisé dans les « photo tours ».

Je l’ai fait et je ne le regrette pas une seule seconde. Notre guide, Carl, nous a emmené dans des endroits uniquement accessibles aux Navajos (interdits aux non-Navajos) et seulement accessibles en 4×4. J’ai pu surtout choisir l’horaire de notre sortie : au lever de soleil dans mon cas.

Carl étant lui-même photographe, il a su me conseiller dans le choix de mes compositions. J’ai gagné beaucoup de temps.
Enfin, il nous a fait vivre la vie des indiens de l’intérieur de la Réserve. Carl nous a longuement expliqué leurs coutumes, leurs croyances, leur quotidien, leur rapport à l’État fédéral américain…
Grâce à lui et à son 4×4, nous avons emprunté un chemin différent de tous les autres touristes. Et j’ai fait certaines de mes plus belles photos à cet endroit.

2. Le Grand Canyon

Il ne s’appelle pas ainsi sans raisons. Et je trouve que le mot est faible.
Moi je l’aurai appelé le Canyon Géant.
Vous avez l’avez vu un millier de fois en photo, vous savez que c’est grandiose, et pourtant vous prenez quand même une claque quand vous vous trouvez devant lui.
La question que l’on se pose souvent, en préparant sa visite au Grand Canyon, c’est : North Rim or South Rim ?
Pour notre première visite, nous avions choisi la rive Sud. Plus touristique mais offrant le plus grand nombre de points de vue aussi.
En venant de l’entrée Est, vous avez ainsi une succession de points de vue tous aussi impressionnants les uns que les autres.
Mes préférés sont Yaki Point, Desert View Point, Hopi Point et enfin Grandview Point.
Ne vous méprenez pas, TOUS les points de vue sur le canyon sont superbes, c’est plus une question de feeling pour le choisir. Certains vous interpelleront plus que d’autres.

Certains sont moins fréquentés aussi, comme Yaki Point car il faut marcher 20 mn pour y arriver. Si vous voulez un point de vue encore moins fréquenté, poussez jusque Shoeshone Point, 2 miles à l’Est de Yaki Point.
Cette question du tourisme de masse est en effet épineuse, surtout si vous vous y rendez, comme nous, en pleine saison estivale. Les étrangers, mais aussi beaucoup d’américains, adorent visiter les parcs nationaux, et forcément, cela génère quelques nuisances.
Un moyen très simple de régler ce problème est de s’y rendre tôt le matin, pour le lever de soleil. À la différence du coucher de soleil, où les gens n’hésitent pas à s’attarder pour le contempler, très peu de touristes sont debout à 5h30 le matin en été…

Et personnellement, je préfère éviter de me servir de Photoshop pour effacer quelques touristes sur ma photo…
Le soleil se lève au Nord-Est, c’est-à-dire de l’autre côté du canyon en été. J’ai profité de mon arrivée la veille pour repérer les spots les plus appropriés pour ce spectacle, cités plus haut, et j’ai choisi Hopi Point.
Le spectacle a dépassé toutes nos espérances.
Il y avait presque un côté mystique dans la contemplation de cette boule rouge de feu se lever et envelopper de sa lumière ce paysage grandiose.

▶ Trouver un hébergement au Grand Canyon

3. Lake Tahoe

À l’origine, le lac Tahoe n’était pas prévu au programme.
Nous avions prévu de visiter le parc du Yosemite, mais de grands feux sauvages se sont déclarés quelques jours avant notre départ. Nous avions attendu le dernier moment pour nous décider.
Finalement, devant l’ampleur du désastre, et la fermeture du parc, nous avons annulé, reporté devrais-je dire, notre visite dans ce parc magnifique.
Le lac Tahoe était donc un plan B. B pour Beautiful.
J’avais quand même eu le temps de préparer notre visite et de réserver, in extremis, un emplacement dans un campground. Il faut savoir qu’en plein été, les campgrounds des parcs nationaux (tenus par les rangers) sont tous les jours complets.
Beaucoup pratiquent cependant le « first-come, first-served », mais il faut arriver avant 10h00 le matin pour avoir une chance, et rien n’est garanti…

Les américains adorent camper.
Comment y résister d’ailleurs ? Ils sont bien loin de l’image du camping que l’on a en France…ils sont établis dans des aires naturelles, et ressemblent plus au bivouac qu’au camping, même si beaucoup d’américains dorment dans des immenses RV’s, ces camping-cars typiques des États-Unis.
Nous avons donc assisté à un lever de soleil spectaculaire, à Eagle Falls, sur les hauteurs du lac. De là, s’écoule une petite cascade avec un point de vue sur Emerald Bay tout à fait splendide.

Une vue de rêve.
Le soleil se lève en face de vous, éclairant de ses rayons chauds la surface du lac.
Le lac est absolument magnifique, ses eaux cristallines en font un des plus beaux lacs de montagne des États-Unis. Vous pouvez en faire le tour en une journée.

La rive Est est ma préférée. Sand Harbor est un véritable petit paradis sur terre. Les plages sont dignes des plus belles plages tropicales, et vous avez les montagnes autour en prime !
Beaucoup de monde en été, mais comme le font si bien les américains, tout est organisé pour que vous ne souffriez pas (trop) de la foule. Les parkings sont tous payants, et quand c’est complet, c’est complet.
Autrement dit, les parcs n’accueillent pas plus de visiteurs qu’ils ne peuvent en contenir. Halleluja !

▶ Trouver un hébergement au Lac Tahoe (restreindre à la zone nord ou chercher un hébergement dans la zone sud)

4. Zion NP

Derrière ce nom biblique se cache l’un des plus beaux parcs de l’Ouest américain.
Ses montagnes rouges aux sommets très photogéniques sont le paradis des randonneurs. Et pour cause, une seule route traverse le parc, avec très peu d’aires de stationnement et l’interdiction d’y passer la nuit.
Alors, il faut marcher…
Heureusement, une fois encore, la gestion du parc par les Rangers est un bonheur. Nous avions réservé une place au campground du parc, seul moyen pour profiter du parc le soir et tôt le matin, comme dans beaucoup d’autres parcs d’ailleurs…
Depuis le Visitor Center, un système de navettes vous emmène jusqu’aux différents points de départ des randonnées. Très pratique et écologique.
J’adore l’organisation des américains.
J’avais repéré deux endroits assez faciles d’accès. Ne restant sur place que deux demi-journées entrecoupées d’une nuit, j’avais peu de temps pour accéder aux spots.
Le premier se trouve à 15 mn de marche d’un petit parking situé sur la route 9 en direction de Mt Carmel Junction, juste après le tunnel.
De là, il faut prendre le sentier qui mène à « Canyon Overlook ».

Vous arrivez au bord d’une falaise et devant vous s’étale la partie Sud du parc, le canyon avec en toile de fond les différents sommets du parc comme Bridge Mountain et East Temple.
Ce point de vue est à faire très tôt le matin, puisque le soleil se lève dans votre dos. La lumière est fantastique, colorant progressivement la roche vers un rouge orangé saisissant.
Le deuxième point de vue que j’avais en tête est une vue hyper classique et très connue : la vue sur Watchman. Même si je préfère les vues moins connues, j’avais trop peu de temps pour explorer le parc pour en trouver d’autres.

J’avais prévu de shooter le coucher de soleil à cet endroit, situé au pont qui enjambe la Virgin River. Mais un orage a contrarié mes plans…
J’y suis donc retourné le lendemain matin, après ma petite sortie à Canyon Overlook. Et la lumière était encore très bonne…
Mais je suis convaincu que certains couchers de soleil à ce spot doivent être tout simplement magiques…
Zion NP mérite selon moi une semaine pour le découvrir. Certaines randonnées sont vraiment incroyables, difficiles aussi avec beaucoup de dénivelé et des passages assez techniques…
C’est sûr, nous reviendrons !

▶ Trouver un hébergement à Zion National Park

5. Bryce Canyon

C’est un endroit unique, un amphithéâtre de dentelle de pierre.
Pour l’avoir vu en photo, nous nous doutions que l’endroit était impressionnant. Mais pas à ce point…
À la différence du Grand Canyon, il n’y a qu’une seule rive, sur laquelle se situent les points de vue.
Tous sont à couper le souffle.
Hoodoos (cheminées de fées), arches et autres curiosités naturelles, le tout peuplé de chipmunks (petits écureuils), voilà l’étrange paysage de Bryce Canyon.

Je n’avais pas retenu de point de vue en particulier, ils offrent tous de très belles vues et sont surtout proches les uns des autres. Donc facilement accessibles en voiture.
À la question lequel faire au lever, lequel au coucher du soleil, je n’ai pas de réponse précise…Je les ai tous faits au lever du soleil et malgré leurs noms, ils s’apprécient aussi bien à l’un qu’à l’autre.
Sunset point est aussi très beau au lever du soleil…les touristes en moins !
Si les points de vue sont incontournables, randonner dans le parc est aussi un pur bonheur. Marcher au milieu de ces roches rouges est vraiment unique.
L’autre spot que j’ai particulièrement apprécié est celui du marteau de Thor (Thor’s Hammer).

Il faut emprunter le Navajo Loop, le sentier qui décrit une boucle dans le parc et qui permet de se faire une bonne impression de l’échelle de ces statues de pierre géantes.
Thor’s Hammer ne se trouve pas très loin du début, en descendant dans les profondeurs du canyon. Sa silhouette se détache bien des autres hoodoos, ce qui en fait un sujet très photogénique.

▶ Trouver un hébergement à Bryce Canyon National Park

Conclusion

Parmi tous les lieux que nous avons visités, il n’en est pas un seul qui ne nous ait pas plu. En parcourant plus de 5 000 miles, sur 4 États, nous avons traversé des déserts arides, une chaine de montagnes, longé la côte le long de l’océan, traversé des villes fantômes et aussi des villes bien vivantes.
Mais ce qui nous a le plus époustouflé, c’est l’immensité des paysages.
Tout est géant.
Le défi, lorsque vous visitez des lieux aussi connus et photographiés que ceux-ci, c’est d’en faire des clichés différents. Différents de la masse.
Pour mon premier voyage là-bas, je voulais voir les incontournables, ceux qu’il faut avoir vus au moins une fois dans sa vie. Mais je sais que je reviendrai, pour explorer les trésors cachés que je n’ai pas eu le temps de découvrir.


Stef Kocyla du blog aventure de photographe

Moi c’est Stef, j’ai toujours aimé faire des photos, mais j’ai commencé sérieusement à en faire en 2015, à l’occasion d’un voyage en Amérique du Nord. Ce qui était un loisir est devenu une passion et aujourd’hui la photo fait partie de mon mode de vie. Voyager est mon autre passion : partir à l’aventure, sac à dos, en road-trip, dans les plus beaux coins de la planète, le plus souvent sauvages. Début 2018, de gros soucis de santé me font revoir mes priorités et je décide de me consacrer à 100% à mes 2 passions. La vie est courte. La photo de paysage et les voyages font partie de mon ADN, combiner les 2 était donc une évidence.

Réseaux sociaux :