Ma première fois à Majorque, c’était…

Pas ouf. Jouons carte sur table. L’évocation de Majorque n’éveillait pas vraiment mon intérêt. Mes premières impressions lors d’un seul et unique voyage (pour le lancement du drone GoPro, le Karma) m’ont donné l’image d’une petite île dont les plages avaient semble t-il été avalées par le tourisme de masse, les bars clignotants, les boites de nuit débordant de touristes allemands imbibés de bières bons marché. Non que j’ai spécialement quelque chose contre ceux qui font la fête, allemands ou non, libre à chacun de se divertir comme il l’entend (pour peu qu’ils respecte les lieux, les gens et les bonnes mœurs) mais j’avais alors ressenti dans ses rues, dans Palma plus précisément, une atmosphère un peu sulfureuse, étouffante, façon mes souvenirs d’Odessa en Ukraine, le côté chaotique et délabré en moins. Dans mon imaginaire peuplé de quelques clichés, Palma semblait comme gangrenée par les mafiosos, l’argent du tourisme et les casinos. Je retiens que l’on avait été quelque peu malmené en souhaitant sortir d’un bar/boîte de nuit par un service d’ordre sans doute plus habitué à jouer les gros muscles qu’à s’expliquer calmement en quelques mots. (chose amusante, le complexe ou cela s’est passé a, paraît-il, fermé depuis, comme quoi, visiblement, il y avait bien un business louche derrière)

Cette expérience majorquine, comme vous pouvez l’imaginez, a forgé quelques a priori négatifs. Il faut parfois pas grand chose, on a beau lutter contre ce mécanisme, en être conscient mais les premières impressions laissent des marques.
N’étant pas de nature à rester à bronzer et inactif plus d’une demi journée en voyage (non, geeker sur l’ordinateur n’est pas considéré à mes yeux comme relevant de l’inactivité), bien que mon oncle s’y rendait chaque année, s’il n’eut été une invitation pour un reportage, je ne vous aurai sans doute jamais (re)parler de Majorque.

Mais voilà, la vie est pleine de surprises. Je n’aurais pas souhaité revenir de ma propre initiative à Majorque, au final, comme une ex un peu trop collante, c’est Majorque qui revint à moi.

C’est un petit défi personnel auquel j’ai décidé de répondre.

Pouvais-je moi-même apprécier Majorque le temps d’un long we  ?

Aimer est un bien grand mot donc je ne l’utilise pas à la légère… si je pouvais réussir à apprécier Majorque et partager ce sentiment, le pari aura déjà été réussi à mes yeux.

Bien que court (3 nuits sur place) mais toutefois intense, je n’ai pas trouvé ce séjour au Nord Est de l’île de Majorque des plus désagréable. Le fait d’apprendre qu’il y avait des massifs montagneux : la Serra de Tramuntana, massif synonyme de potentielles randos (et de photos, ma seconde passion) et que, l’hiver, il y neigeait a même vraiment titillé ma curiosité (Ayant habité un coin vraiment bien trop plat tout mon enfance, tout ce qui présente du renouveau, la mer et, surtout, du relief, éveille mon intérêt.). Il me fallait l’admettre, avec quelques suspicions toutefois, une île avec des montagnes où il neige de temps en temps ne peut être totalement à oublier.


Un peu comme pour la Corse qui abrite un des plus beaux treks d’Europe, le Gr20 (à l’époque j’ai appris l’existence de montagnes en corse en même temps que le Gr20 ! Oui, je sais, honte à moi !), je n’imaginais pas cette diversité de paysages à Majorque. Rien que pour cette évocation de petites montagnes, j’espère revenir et goûter moi-même un jour à cet aspect parce que mine de rien, on n’a pas eu le temps d’explorer ces massifs de la Serra de Tramunatana. Majorque, ce n’est pas si petit !

En attendant, j’espère que ce un petit tour photographique à Majorque vous a plu. Nous n’avons pas eu la possibilité d’explorer toute l’île, en 3 jours, sincèrement, on n’a vraiment pas eu le temps. Une bonne semaine sur place pour se donner le temps de la balade serait plus adéquat. On a surtout rayonné autour de notre base qui était notre hébergement et bien qu’éloigné de Palma, je ne pense pas que l’on ait coché la case « exploration de Majorque hors des sentiers battus ». Ce n’était pas le but. On n’a surtout cherché à se faire plaisir photographiquement parlant. A tenter de gratter la surface de mes souvenirs pour en créer de meilleurs.

Quelques spots photos majorquins que j’ai apprécié lors de mon long we/court séjour à Majorque. (évidemment, il y en a beaucoup plus et si vous souhaitez me partager quelques une de vos suggestions pour un prochain voyage, n’hésitez pas à le faire par mail ou par commentaire)

La crique non loin de la Cova de Coloms

Si je n’ai pas fait d’erreurs sur google maps, cela n’est pas loin non plus de Puente Natural. C’est une petite crique à laquelle on accède à pied. Comptez environ 30min à 1h depuis la plage Estany d’en Mas. On peut évidemment y accéder par bateau. C’est le point de départ ou les groupes se changent avant justement d’explorer la Cova de Coloms.

Château de Capdepeira

Un des plus grand châteaux de Majorque avec 700 ans d’histoire. A savoir qu’il y avait déjà des fortifications à cet endroit depuis le temps des romains qui ont été détruites. Le lieu est chargé d’histoire car c’est ici que fut signé le traité de paix entre le roi Jacques 1er d’Aragon et les musulmans résidant de l’île.
Prix entrée adulte : 4€ | gratuit pour les moins de 12 ans
Il faut monter un peu pour y accéder et croyez, lorsque le soleil tape fort, il vaut mieux avoir une petite bouteille dans son sac.

Phare de Capedepeira

Un petit phare pas loin de notre camp de base que l’on souhaitait capturer au couchant. Il y a quelques spots bien sympathiques aux alentours pour les adeptes de la photo, que ce soit avec sur sur la mer, sur la ville, sur les lacets de la forêt juste derrière.

Arta

Ce fut la belle surprise de ce séjour. Une petite ville historique préservée. Un chemin de bois photogénique à souhait « la voie verte » Manacor-Artà si je ne me trompe pas, surtout au couchant (on n’a pas essayé au lever cela dit). Arpente la voie verte est… gratuit:)

Direction Cap de Fermentor

Il y a plusieurs spots intéressants tout au long de la route depuis Capedepeira jusqu’au Cap de Fermentor. Avant d’arriver au cap, il y aura un parking à votre gauche, peu après les premiers virages en lacets. Il y a ensuite un chemin piéton qui donne déjà un point de vue sympa sur l’ensemble. Comptez ensuite encore un bon quart d’heure avant d’arriver jusqu’au cap, tout dépend du trafic .

Cala Agulla Beach

On cherchait une plage avec des parasols. Oui cela peut paraître étrange mais on cherchait ce genre de motifs pour des photos symétriques. Quoiqu’il en soit, que vous y alliez de bon matin pour un petit plongeon matinal ou en journée, il vous faudra dans tous les cas vous acquitter du parking payant de 5 euros.

 

J’ai séjourné au Park Hyatt Mallorca

Un hôtel luxueux des plus charmant situé à l’est de l’île. Au park Hyatt Mallorca, on a l’impression de se retrouver dans petit village. Les premières fois, on se déplaçait en voiturette de golf (conduites par le personnel, c’était moins freestyle que dans notre villa lors de notre séjour sur l’île Maurice) avant d’avoir enfin pu reconnaître les lieux et de retrouver le chemin en prenant simplement les escaliers.

Une chambre spacieuse, un personnel prévenant, des petites attention qui font plaisir (comme un petit ensemble pour se préparer sa propre sangria le dernier soir), piscine, 2 restaurants sur place de qualité, un choix savoureux pour le petit déjeuner, cet hôtel rendit le séjour des plus agréable. J’en ferai un petit article dédié sur un autre de mes blogs.


Se préparer pour découvrir Majorque :

S’informer :  le site PIAF Majorque dédié aux francophones désireux d’en savoir plus sur l’île à des fins d’expatriation (ou pour une simple visite touristique) regorge d’information
Le vol : à moins de deux heures de Paris en avion (avec un vol direct) avec la compagnie Air Europa | prix AR entre 150 et 300€
location voiture : ce fut avec OK Rentacar. A noter que le GPS n’était pas fourni et que l’option est payante (néanmoins on a survécu avec le GPS du téléphone) | environ 20 € /j
pour les activités : l’agence réceptive AlltheyWant pourra vous aider à préparer votre séjour (le tour en montgolfière fait par les collègues pour le lever du soleil avait l’air bien sympa)


Ce reportage a été rendu possible grâce à la collaboration avec le Park Hyatt de Canyamel, l’agence réceptive AlltheyWant, la compagnie Air Europa, l’agence PIAF de Majorque et l’agence OK Rentacar.