Regarde mon coeur, tu peux de nouveau happer les flocons, la langue tournée vers le ciel. La belle poudreuse tant attendue fait de nouveau son apparition sur les plaines et cimes escarpées et tombe en abondance à l’heure où j’écris. Après un début de saison plutôt mal parti, c’est une bonne nouvelle pour tous les amoureux des sports d’hiver qui se languissaient des massifs bien trop verts ou bien trop gris pour ce dernier mois de l’année. Ces chutes de neiges entraînent d’ailleurs de nombreuses complications pour les familles se rendant dans les stations en haute montagne. 12 000 personnes bloquées ai-je entendu dans les médias. Certains d’entre vous passent des dizaines d’heures dans les bus. Pour avoir connu cette attente dans l’incertitude et le froid, dans ma jeunesse, au temps de frontières et des douaniers sourcilleux, je suis conscient que ce n’est pas des plus agréable. Soyez donc prudent et patient sur les routes, hein. Préparez-vous ! Je rappelle qu’une voiture de ville ce n’est pas un 4×4 et n’oubliez pas les chaines. Cela me fait toujours rire, en France, chaque année, on semble redécouvrir l’hiver et ses complications. Surtout lorsque l’on se retrouve sur une pente verglacée 😉 Il est bon d’avoir parfois quelques couvertures en plus voir des matelas gonflables au cas où vous devriez dormir dans un gymnase.

Moi aussi je me prépare. Je n’échappe pas non plus à l’attrait irrésistible de ce royaume d’un blanc immaculé. Les chocolats et vins chauds dans les cafés des pistes. Quelques bonnes fondues à consommer entre amis, arrosées d’un petit verre de blanc savouré avec les yeux qui pétillent. J’ai gardé une bouteille de Gewurztraminer dans le sac pour occasion. Ces calories feraient sans doute frémir tout diététicien après les excès de Noël mais comme le dit le proverbe, “tout ce qui est bon est soit interdit, immoral ou fait grossir” Mais je ne m’en fais pas, je me prive assez lors de mes treks et ascensions. Au pire, une ou deux batailles de boules de neige feront l’affaire.

Rovaniemo-village-pere-noel

J’irai donc sous peu, pour quelques jours, me reposer dans un chalet à l’approche du nouvel an avant d’entamer une nouvelle année de voyage en commençant par la Finlande que je rejoindrai en train à travers les pays nordiques. Je me vois déjà dévaler quelques pistes en snowboard en espérant ne pas trop faire souffrir mes articulations. Cette année, j’ai même décidé de prendre des leçons de ski. Il faut se recycler… Après tout, mon grand-père de 78 ans dévale toujours les pentes en ski, pourquoi pas moi ? Par contre, je n’ai pas vu de snowboarder de la même génération faire de même. J’y vois là un signe à ne pas négliger. Par ailleurs, étudiant, j’ai pratiqué longtemps le roller. Je ne pense pas que cela soit plus compliqué de faire du ski, si ? A vrai dire, je n’ai pas le choix non plus, une séance de ski de randonnée ne sera pas suffisante pour me préparer à de longues expéditions hivernales à tirer une pulka.

husky rovaniemi

Ah le plaisir de faire du chien de traîneau…

Evidemment, ma copine étant polonaise, nous nous retrouverons dans les Carpates, petite massif en Pologne. Etant parti au 1 novembre pour le Chili puis la Dominique, cela fait pratiquement 2 mois que nous ne nous sommes pas vu. Le temps se fait long. Cumulé, en rédigeant le bilan 2014 de mon blog, il s’avère que j’ai été absent plus de 6 mois dans l’année. A ce rythme, si je tends encore le lien si fragile qui nous relie, je pourrai, à regrets, accolé définitivement célibataire en infos complémentaires lors de mes voyages d’ici peu. On ne l’évoque pas, ou à demi mot, mais le célibat subi est une réalité qui concerne plus de blogueurs voyages que l’on imagine. Le voyage est déjà en soi chronophage, si on y ajoute le blog… Derrière les plages et le ciel bleu sans nuages, les selfies et les sourires, la curiosité pour cet “ailleurs” brise dans un silence feutré les coeurs que les kilomètres et les trop nombreuses heures séparent. Je n’ai pas envie que mon nom rejoigne la liste de ceux qui se sont totalement laissés aspirés par la route. J’espère reculer l’échéance avant que cette amante insatiable ne m’emporte définitivement au loin.

Mise à jour : Je sais skier… et aller relativement vite (avec un casque hein !) tout en sachant freiner (pas comme certains). Fini le traumatisme d’il y a 10 ans où mon père m’avait lâché avec de vieux skis plus grand que moi et un encouragement « apprends sur le tas ». Je prends dorénavant plus de plaisir qu’en snowboard et avoir investi pour un enseignement privé avec un moniteur afin d’apprendre rapidement les bases n’a pas été vain.

Souvenir de ski de fond à Jakuszyce en Pologne Souvenir de ski de fond à Jakuszyce en Pologne